Inscrivez-vous !
BDSM <-- Cliquez vite pour profiter pleinement du site BDSM.FR (inscription et utilisation gratuite) !
L'inscription à BDSM.FR permet l'accès aux photos, aux annonces SM, au tchat, à la messagerie de rencontre SM, et au forum ...

C'est un texte un peu dur, je laisse libre à la modération de l'accepter ou non. Je me suis dis que ça pourrais servir à d'autres un jour peut être. J'ai fait mon propre chemin depuis mais cette expérience m'a apprise à me protéger.


Outch première rencontre ! Purée j'en tremble, j'attend sur le parvis de cette église. Y'a que des buveurs de pastis et des vieilles comméres, c'est pas franchement mon ambiance. Avec mon pantalon moulant et mes yeux maquillés, je passe trop incognito. Ils arrêtent pas de me reluquer. Ou alors c'est moi ? Non je flippe pour rien, le mec va arriver et tout va bien se passer.

Il m'a traité de lope sur la messagerie, je flippe un peu. Bon après, ils disent tous ça. C'est super zarb ces annonces sur les sites gays, on dirait un concours d'annonces les plus clichés possible. Remarque guère mieux sur les sites hétéros. Au moins, il me fera pas chier parce que je suis crock love d'une nana. Est-ce que je suis crock love seulement ? Et merde je sais plus, je me suis tapé plus de mecs en 15 jours que de nanas durant toute ma vie. Ça veut dire que je suis gay ? Peut être qu'ils ont raison. Peut être que j'aime trop la bite pour être bisexuelle ? Ou alors je suis juste un asexuel qui se fait chier ? Ou alors je suis paumé et je fais n'importe quoi. Ah merde je sais plus où j'en suis.

Oh merde c'est lui ! Le seul mec en full cuir, ça peut être que lui. Se barrer ! Il faut que je me barre. J'ai rien à faire ici. Bon sang il me regarde. Il sait que je le regarde, il sait qui je suis. Il sourit. C'est bon c'est cramé. Je vais faire un arrêt cardiaque de toute façon. Il se plante devant moi.

"David ?"


J'exhale un son mais rien ne sort. Ma bouche s'ouvre, un truc pas net se forme mais c'est super vague.

"Ca va aller. Ne t’inquiète pas j'ai l'habitude."

Il me prend par la main. Je me laisse faire. Mes jambes arrivent à peine à me porter de toute manière. Il reprend à voix basse.

"Tu me suis et tu ne dis rien. Tu parleras quand je te dirais de parler."

Je hoche la tête, tremblant comme une feuille. Au fond, je suis content, c'est plus facile comme ça. Vingt minutes en bagnole et on arrive. C'est pas l'endroit prévu. Il me dit que sa femme est à l'endroit habituel, que c'est un local à lui pour son boulot. Qu'il s'en sert parfois. C'est plus ou moins crédible, je fais pas gaffe.
Le type est très directif mais respire la gentillesse, je crains vraiment rien avec lui. Vaguement dégarni, lunettes de soleil ringardes mais corps plutôt sweet et sourire atraillant. Des durs, des tarés,des fumés du bocal, j'en ai connu plein, il en fait pas parti. C'est un doux qui se la joue, je préfère autant. En tout cas pour la première fois.

A l'intérieur, c'est un vieil atelier. Y'a des fixations au mur un peu partout avec un max de truc pour faire fantasmer le novice que je suis. Tout un tas d'objets étranges dont j'ignore l'utilité mais qui me rendent super curieux. Je souris. Ça me fait vraiment très peur, ça m'excite aussi énormément. Brusquement il tire sur mes cheveux et me colle comme une merde sur son entrejambe : j'adore. Je lui sors la bite avec les dents et je m'en prends une monumentale : ça commence bien. On fait des aller retours en gorge profonde et je tarde pas à être souillé de foutre et de bave : ultime.

Il me traîne au mur en me broyant la nuque, il me bande les yeux? m'arrache limite mes fringues et m'attache. Le moment est délicieux, je voudrais que cet instant ne s'arrête jamais.Il est très excité et me balance.

"Je vais te baiser comme une petite salope !"

Il aurait pu trouver mieux mais bon je laisse pisser, tout se passe bien, je vais pas faire mon rabat joie. Et de tou...

Aie merde ! Je crois que... Oh purée le con, il vient de me pénétrer. Aie mais merde c'est pas... Bon dieu je lui avais dis de lubrifier, c'étais prévu comme ça. Oh non bordel de merde ça fait vraiment trop... Il est en train de me détruire l'anus ce demeuré. Bon on arrête les frais.

"STOP ! STOP !"

Il réagit pas. Cette salle espèce de sous merde réagit pas.

"Oh merde ! Safeword : STOP ! STOP ! STOP !"

Purée, je lui ai répété 150 fois que mon safe word était STOP. Il a pas imprimé ou quoi ? Je me débat sur mes chaines mais mieux attaché que ça tu meurs. L’énervement cède la place à la peur. Il va vraiment continuer comme ça ?

"Tu va voir salope, tu va finir par aimer ça. Va y aprivoise ma bite."

Merde. Merde putain j'ai mal. J'en chiale. C'est plus excitant du tout là faut qu'il arrête. C'étais pas ce qui était prévu merde ! Le temps passe atrocement lentement. Je crois que je saigne, je crois que je saigne pas mal, bordel j'ai l'impression que mon cul c'est le styx en éruption. Au bout d'un moment assez long il me sort :

"Alors t'a aimé ?"

Non mais sérieux, est ce que j'ai aimé ? Est-ce que t'aime boire de l'acide au petit déj ? Bon, pragmatique. J'ai super mal et je veux me barrer. Je comprend rien à ce qui se passe mais je veux barrer et vite. Faisons ce qu'il faut. Malgré la douleur, je tord mon petit cul comme si cette séance de vide couille m'avait plu. Il est peut suffisamment débile pour que ça marche.


"Laissez moi lécher votre sperme maître s'il vous plait."

Ticket gagnant, il me détache. Je le regarde même pas. Je me rhabille et me casse à pied sans me retourner. J'ai marché longtemps je crois ce jour là et j'ai largement eu le temps de réfléchir. Après ça plus jamais une rencontre BDSM ne s'est passé comme ça, j'y ai veillé. J'étais le type le plus chiant du monde mais je me protégeais. J'ai eu la chance d'avoir des gens très doux après ça et petit à petit j'ai repris le contrôle de mon corps. Ça a été long mais j'y suis arrivé. Je me suis culpabilisé longtemps pour ce qui c'étais passé mais j'y suis arrivé.
  , et  aiment ça.
David Arcas est en ligne.
C'est peut être moi mais je ne pense pas qu'il y ai de petites vies surtout quand on fait le choix d'être soi même. Ce qui est petit, c'est ce qui nous pousse à jouer les grand(es) pour écraser les autres afin de masquer nos peurs. Tant qu'à se faire dominer, ce ne devrait jamais être par nos peurs ...
  • 07/01/2017
  • ·
  • J'aime
Lullaby
Certains, ailleurs, parlent de risques calculés mais put... un viol n'est jamais souhaité ! Et le non reste le non quelque soit le sexe. Jamais vécu ce que vous avez vécu, je crois définitivement que j'ai eu de la chance...
Merci pour ce témoignage et avoir eu le courage de le partager ici.
  • 09/01/2017
  • ·
  • J'aime
David Arcas est en ligne.
Le texte est surement un peu maladroit et posté trop vite mais je sais que si j'avais attendu plus longtemps, j'aurais surement été trop tenté de l'effacer. C'est sorti comme ça et maintenant je ne peux plus reculer je suis obligé de l'accepter. C'est mon nouveau dominant qui m'a permis de comprendr...
  • 10/01/2017
  • ·
  • J'aime
Wondersalope
Le texte n'est pas du tout maladroit, mais courageux. Et c'est là ce que vous opposez à la lâcheté de ce violeur, parce que sa violence est lâche : votre courage, votre rage de vivre. Merci d'avoir partagé cela ici.
  • 10/01/2017
  • ·
  • J'aime
Merci de retaper ce code :
Reload Image
Retapez le code de vérification
Zentaï BDSM