Inscrivez-vous !
BDSM <-- Cliquez vite pour profiter pleinement du site BDSM.FR (inscription et utilisation gratuite) !
L'inscription à BDSM.FR permet l'accès aux photos, aux annonces SM, au tchat, à la messagerie de rencontre SM, et au forum ...

Bonjour à tou-te-s,

avant d'entrer dans le vif du sujet et d'expliciter ce titre un peu obscur (et sans doute maladroit), je retrace un peu mon parcours :
depuis l'adolescence, je fantasmais sur la domination masculine et la soumission féminine. Cet univers a peuplé mes fantasmes de nombreuses années sans que j'ose en parler à mes partenaires.
Il y a quelques années, je me suis décidé à franchir le pas, je me suis inscrit sur ce site et y ai fait plusieurs rencontres, toutes très riches, et qui m'ont toutes permis d'avancer et de mieux me connaître. J'ai également expérimenté la soumission, ce fut très riche également.

Depuis cet été, je ne suis plus du tout attiré par le bdsm. j'ai l'impression d'avoir vécu ce que j'avais à y vivre, et que je peux sereinement passer à d'autres découvertes.
Je ne sais pas si c'est temporaire ou définitif, même si mon intuition penche pour le définitif.
Aujourd'hui, c'est un sentiment plus large qui m'interpelle et que je partage ici.

J'ai le sentiment que le bdsm n'est tout simplement plus "dans l'air du temps". Je ne parle pas de modes médiatico-intello-sociologiques; mon sentiment touche plutôt à l'énergie globale, à cette énergie qui traverse l'humanité et qui nous relie tou-te-s les un-e-s aux autres (qu'on le veuille ou non).
Comme si aujourd'hui nous n'avions plus besoin, pour nous connaître et pour franchir nos étapes de vie, de vivre les émotions et sensations que procurent les multiples pratiques dites bdsm. Comme si nous n'avions plus besoin de ces jeux de domination/pouvoir/violence/douleur, réels ou simulés.
Comme si quelque chose dans l'univers nous indique aujourd'hui que nous pouvons avancer tout autant (plus ?) et ressentir tout autant (plus ?) de plaisir dans des pratiques plus douces et plus paisibles.

Je ne souhaite pas faire de mon cas particulier une vérité générale, je me demande simplement si d'autres personnes, ici, ressentent la même chose ou si mes propos "font écho".

Au plaisir de vous lire,

vlan01
Dernière modification le 08/01/2017 15:23:26 par vlan01.
Pour vous, manifestement pas. Comme vous le dites, vous êtes passé à autre chose. Des envies de découvrir d'autres horizons.
Par contre, j'ai du mal avec votre expression: le bdsm n'est plus dans l'air du temps. Que voulez vous dire par là?
Salomé a dit...

Pour vous, manifestement pas. Comme vous le dites, vous êtes passé à autre chose. Des envies de découvrir d'autres horizons.
Par contre, j'ai du mal avec votre expression: le bdsm n'est plus dans l'air du temps. Que voulez vous dire par là?


j'ai essayé de développer cette idée dans le paragraphe dont cette expression est la première phrase.
Mais si vous me posez la question, c'est sans doute que je n'ai pas été très clair ! Wink
Bonjour Vlan,

Cela ressemble plus à un sentiment personnel en effet, car pour le coup, j'aurais le sentiment inverse ! :-D D'autant plus dans la société actuelle ou l'image de bdsm est reprise dans beaucoup de choses (cinéma, publicité...) et même via des sites de rencontre plus habituels.

Et on ne peut en parler que d'un point médiatico-socio truc puisque le sentiment d'une énergie qui nous toucherait tous dépasse la conception communément admise... et dans tout les cas, les deux seraient reliées ;-) Donc même dans ce cadre d'un horizon élargie "qui engloberait l'humanité etc...", j'ai le sentiment au contraire que des personnes parfois anesthésiées cherchent (à tord ou à raison) des sensations dures, comme si celles-ci allaient les réveiller.

Au plaisir,
Kibod
je veux juste être sûre d'avoir compris pour ne pas interpréter vos propos Smile
Salomé a dit...

je veux juste être sûre d'avoir compris pour ne pas interpréter vos propos Smile


Je crois que toutes les rencontres/pratiques/événements qui nous attirent ou à l'inverse suscitent notre rejet, tout ce qui nous touche et suscite des émotions fortes en nous ne sont pas là par hasard : l'univers les met sur notre route pour nous montrer quelque chose, nous faire "avancer", évoluer.
Mon exemple personnel : j'étais attiré par le bdsm (pour des raisons toutes personnelles comme chacun-e), je l'ai vécu, j'ai vu ce que j'avais à voir, je peux maintenant passer à autre chose.

Comme je l'écrivais, je crois que ce sentiment ne concerne pas que ma petite personne, et qu'il y a quelque chose, dans l'énergie globale, qui nous indique que nous pourrions tou-te-s, collectivement, passer à d'autres pratiques.

D'où mes paroles précédentes :
"Mon sentiment touche plutôt à l'énergie globale, à cette énergie qui traverse l'humanité et qui nous relie tou-te-s les un-e-s aux autres (qu'on le veuille ou non).
Comme si aujourd'hui nous n'avions plus besoin, pour nous connaître et pour franchir nos étapes de vie, de vivre les émotions et sensations que procurent les multiples pratiques dites bdsm. Comme si nous n'avions plus besoin de ces jeux de domination/pouvoir/violence/douleur, réels ou simulés.
Comme si quelque chose dans l'univers nous indique aujourd'hui que nous pouvons avancer tout autant (plus ?) et ressentir tout autant (plus ?) de plaisir dans des pratiques plus douces et plus paisibles."

Ce n'est pas de l'analyse intellectuelle, c'est du ressenti.
C'est effectivement un ressenti qui vous est propre. Et j'aurai tendance à aller dans le sens de kibod; le bdsm reste un besoin pour un certain nombre d'entre nous.
Il n'est pas pour moi, "dans l'air du temps" ou relevant d'une mode quelconque. Mais peut être parce que je l'ai découvert plus tardivement que vous.
N'empêche que le bdsm existe depuis des années et il ne nous a pas attendu (vous et moi) pour prendre sens. Et ce sens qu'on lui donne est ce qui nous nourrit.
Il semblerait que votre parcours de vie ait pris un autre chemin pour éprouver à nouveau et que vous ne trouvez plus de sens aux pratiques qui vous faisaient vibrer il n'y a pas si longtemps.
A partir du moment où le bdsm n'aura plus de sens pour moi, je ferai la même chose que vous et passerai à autre chose
Une ébauche de lien social plus basé sir les synergies que les prises et abandons de contrôle fait totalement sens à mes yeux.
De là a sentir une sorte d'appel en ce sens entendu par un nombre croissant de terriens.... J'ai envie de le croire!

L'ensemble des pratiques regroupées sous l'acronyme BDSM, ne fait pas écho en moi, et ce de moins en moins, en tout cas.
Je me sens même très éloignés de pas mal de pratiquants dans mes attentes, mes envies, mes motivations.
Mais, paradoxalement, venir me frotter à cet agglomérat de sensibilité somme toute fort dissemblable m'a permis de constituer une ébauche de groupe social avec lequel j'arrive à communier

L'interprétation d'une forme de volonté supérieur que je vois poindre à travers votre sens énergétique me semble en revanche fort suspecte, mais peut être vous lis-je mal, Vlan?
Just call me Maître Satin 25, je Te/vous prie!
Alors pour la tendance de l'univers je n'ai pas de réponse. Cependant le bdsm ne semble pas dater d'hier et j'ai tendance à penser qu'il reste inscrit dans cette société comme il l'etait des siècles plutot

Sur le sentiment personnel par contre, je comprend mieux l'idée. Il m'est arrivé de plus avoir envie de bdsm.
C'etait dans la période ou je n'acceptais pas ma soumission. et parfois mes envies disparaissait. Alors le cas de Vlan est peut être un peu différent mais ca me fait repenser à ca.

La question que je me pose c'est le "passer à autre chose" c'est à dire ? la vanille ?
Bonjour Vlan,

j'aurais une vision un peu proche de la votre, enfin, je sais pas vous me direz ...

Personellement je suis toujours attiré par le BDSM, mais ...

la pléthore d'images hard,

le viellissement accéléré que peut provoquer le bdsm, comme tout sport extrème en général hein ?

la maladie et la souffrance ...

me font me dire,

pourquoi en rajouter ?

ma vision linuxiène et libertaire du monde, le, en se donnant la main on ira plus loin.

bref, et si le bdsm se devait plutôt d'être un éventuel passage pour extérioriser ou affronter certaines choses.

Un peu comme les drogues, qui aident les shaman à communiquer avec les esprits, mais devenir un bon shaman, c'est finir par arriver à voyager dans ces au delà, sans drogues.

ajouté à celà, les théories qui estiment que la pensée est vivante et se propage un peu comme une onde électromagnétique, et de fait donnent de la responsabilité même aux pensées.

plutot que d'air du temps je globaliserais le bdsm avec beaucoup d'autres choses, dans un "peut on encore se permetre toutes ces bêtises ludiques ou doit on passer au niveau supérieur"

bon, il est vrai aussi que l'âge commence à me mettre faces à quelques petites conséquences de mes excès passés Happy
leather a dit...


L'interprétation d'une forme de volonté supérieur que je vois poindre à travers votre sens énergétique me semble en revanche fort suspecte, mais peut être vous lis-je mal, Vlan?


Aucune volonté extérieure (ni supérieure) à nous-mêmes, pour ma part, mais l'expression d'une "pensée vivante" (comme le dit antipoff), d'une énergie, partagées par l'ensemble de l'humanité (généralement de manière totalement inconsciente).
   aime(nt) ça.
Hormis le fait de pouvoir réaliser nos pulsions profondes, Le BDSM nous attire aussi par son coté libertaire et pouvoir aussi Etre soi et faire fi du carcan societal qui nous enferme et nous controle.
A travers ce lacher prise et l experience aidant , nous changeons et les pulsions d'hier ne sont pas celles de demain. l Etre se libère et a besoin d'autre chose que l outil BDSM mais la recherche d'être en phase avec soi-meme subsiste puisqu essentiel. Le monde BDSM est alimenté d'une multitude de personnes en chemin, en recherche d'eux-memes et ne constitue pas une fin en soi. Ne plus s y retrouver est donc compréhensible, Vlan01, ton chemin est peut etre désormais ailleurs, pour l'instant... que sera demain ?...L essentiel n est-il pas de faire en sorte que la route soit belle ? Smile
Bonjour,
beaucoup de choses dans ces ressentis. J'ajoute que, si on y réfléchit bien, le bdsm ne représente que ce que l'on y trouve ou ce que nous souhaitons y trouver. Limiter le bdsm à ses pratiques me semble un peu court tant les enjeux de la relation humaine peuvent s'y déployer à l'infini comme dans toutes relations humaines. Puisque la vie est la grande aventure de la conscience (de soi, des autres, du monde)le bdsm peut être vu comme un moyen qui comme toute chose en ce monde contient sa propre fin. Que ce moyen ne remplisse plus sa fonction - être plus et mieux conscient de qui l'on est et avec qui - est tout à fait plausible. La sensibilité de chacun, l'inspiration contribue toujours à nous guider vers plus de conscience, il peut dans ce cas il en est du bdsm comme toutes nos activités en voie de transformation perpetuelle.
Quant à l'air du temps, dans un monde bati sur l'exploitation des humains et des ressources depuis si longtemps et désormais mondialisé, le bdsm et les jeux de pouvoir comme ce qu'ils masquent ont encore de beaux jours devant eux.
Ce qui M'invite à vous souhaiter une bonne année à tous !
Je ne crois pas à une intelligence supérieure, ni à une volonté extérieure qui déciderait pour nous. Par contre, Bisounours jusqu'à la moelle, je crois, comme toi Vlan, qu'il existe des énergies qui irriguent l'univers. L'une d'elle est l'amour, l'agapé grecque, celle qui nous relie à l'ensemble du vivant. Une autre est le désir, celui qui pousse un petit noyau à devenir arbre. Une autre encore est le besoin de transcendance, celui de "grimper sur ses propres épaules" comme l'exprime Nietzsche.
Après, en effet il y a le cheminement individuel, et celui de la société. Je trouve cette dernière de plus en plus mortifère, d'une violence inouïe, suicidaire.
Et puis il existe des individus,comme toi vlan.
Ton ressenti annonce-t-il un changement qualitatif de notre société ?
Comme leather je ne demande qu'à le croire.
Je ne sais plus qui se définissait comme un optimiste conscient ...
En tous cas, merci de nous apporter ta générosité et cette note d'espoir.
Tout, mais Pacha.
Bonsoir à tous,

Hum… difficile de discuter de convictions aussi intimes…

Personnellement, je n'ai pas ressenti ces derniers temps de changement quant à une nécessité ou une utilité globale du BDSM.

En revanche, je ressens souvent des variations personnelles importantes… Par exemple, je me sens davantage attiré par mes fantasmes lorsque je traverse une période un peu plus difficile dans ma vie, lorsque je me sens plus faible, plus vulnérable etc. À l'inverse, mes envies sur ce plan déclinent en d'autres circonstances et en particulier lorsque je me sens sentimentalement attiré par une personne. Même si tout ne disparaît pas, j'en deviendrais presque vanille… Smile Cela m'a souvent interpelé sans que je puisse jamais y apporter de réponse, car au fond je n'en sais rien du tout ! (rires)

Je pencherais donc pour en conclure que le BDSM est globalement à la fois en permanence utile (voire, pourquoi pas nécessaire) et en permanence inutile. Ce seraient nos trajectoires qui emprunteraient l'une ou l'autre de ces deux possibilités en fonction de notre état et de notre évolution intérieure.
Toutes les heures sont GMT +1. Il est 03:06:07.
Zentaï BDSM