09/01/2017 par


Et il s'exprima ainsi :

"N'ayez aucune crainte, pauvre chose.

Je vous sais si habile à être rattrapée, si vulnérable aux liens. Je n'ai aucune inquiétude dans votre capacité à vous dérober, à trébucher, et à vous laisser vous relever. Vos poignets sont acquis, soyez en sûre. Vous êtes une pensée et vos esquives de chair n'y pourront rien.
Je vous ai connue aussi difficilement que vous vous êtes offerte. Vous avez créé vous même les filets de cuir dans lesquelles vous adorez nager.

Je vous observe, maintenant, vous débattre et faire de vos hanches un appât. Vous avez toutes les qualités à être façonnée, libérée comme selon leurs désirs. Vous avez bâti vos fondations pour que le sommet de la pyramide ne soit jamais atteint. Votre perfection reste un obstacle à franchir. Un mur à détruire d'un geste. Si facilement.

Je n'aime ni faire les reines ni les rois. Le pouvoir est un outil de vanité propre aux hommes. Laissez moi passer juste caresser d'un geste vos murs, et y laisser une marque.

Vous avoir connue m'oblige."
6 ont aimé
,  et 4 autres aime(nt) ça.
Libertin_123
Texte superbe.
Butterfly
Magnifique.
Top