08/02/2018 par
Lorsque le séducteur se retrouva au stade suivant immédiatement son but, l'apogée, l'accomplissement de ses efforts de séduction, bref une fois achevé son coït victorieux, son désir se calma enfin, sa queue retomba en même temps que sa quête, ses apparats et sa superbe.
Il put redevenir alors l'homme simple et fragile, celui qu'il aurait été sans son hormono-manie maladive et prédatrice, celui que le séducteur masque et relègue loin en dedans, celui qui peut enfin se permettre de penser à autre chose que de niquer pour niquer, et découvrir ce qui se cache derrière le voile, le fluide viril de parade, le plumage, qui jusque là avaient dicté ses actes.
Il n'aurait pas dû avoir honte de se révéler ainsi à la femme conquise, puisqu'elle avait désormais tout vu de lui, enfin presque: ce qui le complexait, ce qui alimentait ses perversions, sa grimace à l'instant fugace de l'orgasme où il se fut répandu en elle (la même grimace, étrangement, que celle lors de ses défécations), sa fragilité lorsque sa puissance fut retombée.
Une fois donc passée la satisfaction (la fierté ?) de l'avoir séduite et satisfaite, il douta pourtant.
Il en vint même à se remettre en question fugitivement, lui et la valeur de cette quête soudain caduque pour laquelle il avait tant déployé de soin et d'énergie.
(n'oublions pas que nous parlons d'un séducteur, un séducteur de base, pour ne pas dire basique, pas d'un amoureux)
Epuisé, vidé dans tous les sens du terme, démasqué donc, il douta.
« Tout ça pour ça. »
Il en avait eu tellement, de femmes, et la plupart étaient bien plus canon que celle-ci... en plus elle était un peu stupide, et pas si terrible. Avec son air de chienne apprivoisée (d'ailleurs n'avait-elle pas crié comme une chienne) et ses bourrelets en trop qu'elle avait habilement cachés avant...
Il se dit qu'après tout ce n'était qu'une de plus, qu'elle n'avait rien d'exceptionnel, de la chair pour son canon impérieux qui cherchait à tirer un coup.
Mieux que rien.
Et voilà qu'elle le caressait à présent, d'une petite caresse mécanique sur cinq centimètres carrés de son biceps! (qu'il s'empressa de contracter mine de rien, réflexe de séducteur). Il avait ce genre de caresse superficielle en horreur, surtout après, lorsque tout était déjà consommé.
De plus elle y associait ce regard soumis et un sourire béat (qu'il traduisit sans hésiter par quelque chose comme "Toi, homme si fort, ce que tu m'as fait était si bon, je suis tienne désormais"!).
Son envie de s'abandonner à l'assoupissement disparut, surtout qu'il aurait ronflé, et il a une réputation malgré tout à préserver, et il ne put plus faire bonne figure longtemps:
"C'est pas tout, mais le dernier métro ne va pas m'attendre, je dois filer"
Il se leva et s'habilla précipitamment, refusant l'invitation (à laquelle il s'attendait, comme dans les trois quarts des cas) et balbutia quelques vagues promesses ne l'engageant à rien (le mot engager était d'ailleurs étranger à son vocabulaire), et s'enfuit, la queue encore humide de foutre.
Dans le métro, il se dit que finalement il se l'était faite, et que -oui- c'était mieux que rien.
Dix minutes plus tard, alors qu’il avait déjà oublié son prénom et la couleur de ses yeux, il tomba en arrêt sur le cul d'une étudiante qui venait d'entrer dans le wagon.
Top
Page generated in 0.2478 seconds with 11 queries and GZIP enabled on 195.154.53.235.