09/05/2018 par
28 minutes… une goutte d eau dans une vie, une éternité entre vos mains.
Votre regard mutin emplit de perversion me pénètre, j ai encore au creux de mes reins votre saveur, vos assauts tantôt doux tantôt vigoureux, vous aimez me prendre ainsi, j aime que vous me preniez, je vous appartiens.
Les yeux rivés sur l horloge … 28 minutes.
Le dix premières sont exquises, sensation de cuir, chaleur progressive, rougissement ressenti. Vous m avez averti, l intensité va augmenter, je le sais et je l attends. Vous le maniez fort bien, les coups pleuvent, ils me réchauffent, ils m apaisent. J essaie de les compter rapidement je perds le fil au profit des lanières. Les minutes s écoulent, lentement mais le temps ne s arrêtent pas, bien précieux que nous ne pouvons retenir. Je profite. Je savoure. Votre danse autour de moi.
Elles se terminent.
Vous changez donc… après le Martinet, la Cravache.
Je l apprécie assez… sous réserve qu’ elle soit bien utilisée … que seul le cuir vienne à la rencontre de l endroit choisi.
Ces minutes semblent plus longues, les secondes comme retenues par une force omniprésente. La concentration devient nécessaire pour tenir encore et encore. Vous continuez à virevolter autour de moi. Toutes les parties offertes de mon corps rougissent. Mon esprit s envole, mon corps se contracte. La position de contrainte est difficile par manque de stabilité.
Elle se terminent.
Mon dos, mes fesses sont en feu. J aime ces sensations et j aime savoir que c est votre main qui les engendrent.
Je redoute les huit dernières. .. Je crains toujours autant la badine.
Les premiers sifflements se font entendre aussi cinglants que la douleur ressentie. Je me raidie, je n arrive pas à étouffer certains cris, mon corps se tort. Vous m indiquez 28. Je vous défie. Mes yeux dans les vôtres. A cet instant précis je sais que vous avez le pouvoir de me faire plier. Le décompte commence. La douleur est intense. J ai de plus en plus de mal à l apprivoiser. Les larmes viennent. Des tremblements m envahissent. 21. Je n en tiendrais pas plus… et vous l avez entendu. Vous me libérez. Je suis terriblement bien, soulagée, apaisée, contre vous.
Merci Monsieur.
Publié dans: Pratiques BDSM
ZarathoustraDom
Glissements progressifs du plaisir : très belle description d'émotions fortes ! Merci du partage ! :-)
Kds
Merci à vous Monsieur ZarathoustraDom
Top