19/06/2018 par
La nuit livre le décor rouge de la chambre
D'étranges ombres aux cravaches et plumeaux
Elle imprègne d'ondes tout mon corps qui se cambre
Martinets et fous désirs d'un badine en roseau ==
Mon regard s'est voilé d'une étoffe d'envies
Mains et pieds entravés comme l'est un forçat
Je connais la sentence et me vois asservie
Sous le joug d'un fouet qui fustige mes bas ==
Soudain un bâillon mors est posé sur ma bouche
Puis des picotements légers se font sur ma peau
Une roulette de Wartenberg peu farouche
Trace des arabesques se formant tel un sceau ==
Son haleine, doucement, épouse mon derme
Mes seins se sont tendus, mes tétons aux auguets
Guettent la morsure d'une pince qui se ferme
Et durcit un peu plus, mes mamelons coquets ==
Dans la noirceur du bandeau qui m'ôte la vue
Mes sens à l'affût, mes envies misent à nue
J'alloue mes lèvres et mon bouton en revue
A l'obélisque vibrant qui s'offre au menu ==
Je bois à l'outrance le plaisir qui décuple
Je me vêts de cette volupté qui me prend
Et me fouille tels feraient des doigts aux centuples
Je frémis, je feule, à cet instant en suspens
Le 18 06 2018
7 ont aimé
,  et 5 autres aime(nt) ça.
swanny33
Bravo Arc en Ciel ! Quelle belle manière d'exprimer ces moments particuliers, certains ressentis, et de façon aussi juste . Merci infiniment pour ce partage.
Justine 74
Merci pour ce poème
IooooooooI
Un banc de nage et vogue au galères ^^
Top
Page generated in 0.532 seconds with 13 queries and GZIP enabled on 195.154.53.235.