20/06/2018 par
Elle entrebâille puis écarquille les cuisses, une équerre tout sourire qui s'ouvre d'un coup. Elle se penche pliée sur elle même et observe la trace qui s'agrandit et qui prend le contrôle de son regard. Cela fait une tâche moitié humide moitié opaque sur la culotte. Le truc qui faisait dire "c'est sale" quand elle était petite. Elle lape dans le vide et sa langue claque.
Elle mouille, cela coule d'elle à flocons. Si elle quitte sa culotte, cela glissera à la lisière, en haut des cuisses, c'est sûr !
Elle se saoule de cette souillure. Elle ne dessille pas. Les yeux grands ouverts hypnotisés ne se lassent pas et boivent ce liquide qui s'épand d'elle.
Elle ne touche pas encore l'ourlet des lèvres abreuvées qui se voilent d'un masque blanchi, un peu gluant. Des filaments s'étirent dans l'ouverture qui glapit. Ils explosent en gouttelettes sur les parois satinées, un peu grasses et lisses, un entrefilet dans les pages béantes qui racontent le vertige.
Elle s'ouvre juste, écarte le tissu de la culotte, poisse ses doigts, les agite dans le clapotis de l'onde, dans la moiteur tiède qui gagne du terrain. Sa pupille s'accroche au piton moelleux de sa vulve, ne lâche pas sa prise, pâle surprise rugissant rouge à vu d’œil. En visée, les abords glissants, sans ventouse.
Elle s'enfle et se travaille en profondeur, batracien ambitieux qui barbote dans l'esquisse saumâtre sans bouée de sauvetage, pour atteindre les grands fonds. La barrière de corail s'épanouit sous le plongeon, sous la poussée sauvage d'une véritable équipée. Quatre doigts, pas moins ! Et le pouce appuie sur la perle qui s'empourpre.
Un imaginaire marin plisse les yeux reptiliens, fouisse dans l'antre amphibien. L'univers se rapetisse dans ce centre première classe, un firmament annonciateur de milliers d'étoiles. Une seule obsession, suivre cette sente, toute luisante de déraison consumée, de cette lente montée des eaux qui finit par l'éclabousser jusqu'au poignet dans un silence bercé de chuintements.
9 ont aimé
,  et 7 autres aime(nt) ça.
Lady Spencer
Superbe !!!
Je vois pourquoi tu ne réponds pas au téléphone parfois .....
malestelle
Des mots femelles moites et liquides... très beaux. Qui se glisse dans l'imaginaire l'air de rien...
Feuler
J'adore votre prose !j
Lilo
C'est juste merveilleux. Merci
Lullaby
Lady Spencer , pourquoi ? Tu m'appelles parfois sans que je réponde ? On ne me dit rien à moi...
Livia
C’est tellement beau ! Merci Lullaby
Lullaby
Merci à toi Livia
Top