03/09/2018 par
Lia vivait avec Obio, le grand chasseur, au fond d'une vallée perdue, au pied de hautes cimes enneigées. Lia et Obio avaient deux beaux garçons et vivaient heureux. Le gibier était abondant, les eaux pures, les forets regorgeaient d'abondance en baies et plantes. Ils étaient heureux, complices dans la chasse et dans l'amour sous les épaisses fourrures. Puis vint la bête, la terrible bête qui poussait des cris qui glaçaient le sang de toutes les bêtes et de tout ce qui rampait dans la vallée. Obio, le grand chasseur voulu voir la bête et la combatre. Lia le supplia de ne pas y aller. Mais obio n'écoutait rien. Il avait beaucoup de muscles, un courage sans bornes mais peu de cervelle. Il ne revint pas. Lia retrouva ses os au printemps. la bête l'avait dévoré et elle était partie comme elle était venue, pour terroriser d'autres vallées, chercher d'autres proies. Une bête chasseuse qui aimait dévorer les guerriers intrépides?
Lia vécu longtemps seule ave ses deux beaux gosses qui devinrent d'excellents chasseurs et partirent se chercher une femelle dans d'autres vallées auprès d'autres clans. Après un an de solitude complète dans les montagnes arrivèrent d'autres hommes, plus petits, plus rusés, plus habiles de leurs mains. Des hommes redoutables avec de grands arcs. elle les croisa plusieurs fois lors de chasses. ils n'étaient pas hostiles. ils devaient la trouver belle, avec son sein gauche toujours à l'air et bien ferme, ses longs cheveux noirs et sa tresse de perles de pierres de couleurs. Une fière amazone pour eux. Ils l'invitèrent à venir diner un soir, dans leur grotte, plus bas dans la vallée.
Lia arriva avec un gros cuisseau de phacochère fumé. On lui fit la fête. Les hommes la trouvaient belle et fière. Elle appartenait à une race en train de s'éteindre doucement. Après un repas joyeux, ce fut les jeux. Les hommes se defiaient à la lutte, nus, le corps enduit de graisse d'ours. Un guerrier les surclassait tous.il n'était pas le plus fort, loin de là, mais celui qui savait se battre. Il avait appris seul dans les bois, en observant les animaux et peut être guidé par les génies obscurs des grandes forets, les genies aux grandes ailes que les japonais, bien plus tard, appelèrent les Tengus. Lia défia ce guerrier habile et mordit plein de fois la poussière. Elle ne faisait pas le poids, n'avait aucune chance face à ce guerrier habile qui la projetait dans tous les sens, comme une brindille de paille. Elle écumait de rage. Elle prit son lasso avec des pierres et le jetta contre les jambes du guerrier qui tomba lourdement aussitôt. Impossible pour lui d'enlever le lasso. C'est triché, hurlait il. Un deuxième lasso autour du cou le fit taire. Elle ne serra pas trop. Se contentant de l'immobiliser. Elle posa son pied sur sa poitrine en signe de victoire et tout le clan éclata de rire. Puis elle sortit de son pagne un petit lacet de cuir et lia les couilles du guerrier et lui enfonca un batonnet dans le cul. Elle fit clairement comprendre au guerrier que si elle voulait, elle pouvait l'émasculer définitivement d'un seul geste. Le guerrier était blanc de peur. Et si cette folle mettait sa menace a execution? Il opta pour la prudence et se mit à obeir à cette folle de Lia en tout et pour tout. Tout le clan riait de plus belle. Finalement lia le détacha et s'excusa.C'est toi le vainqueur, mes lassos c'était de la triche. Et tous burent plus que de coutume l'alcool des plantes amères, celui qui arrache la tête.
Au petit jour, lia se reveilla le crane en bouillie. Sous sa fourrure un corps tendrement lové. Un homme, une femme? Elle ne savait pas bien. Sa peau était douce et chaude, ses cheveux comme ceux d'une fille et pourtant....Elle glissa sa main. Un petit pénis qui devint vite dur. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas baisé. Elle l'enfoucha et se donna du plaisir. L'homme femme se laissa faire. Elle ruisselait sur lui, l'inondait de sa cyprine onctueuse de femme de néanderthal.
Lorsque tout le clan fut reveillé, le chef de clan vint la voir.
-tu vis trop seule dans tes montagnes. Nous t'offrons pour compagne cet homme femme. Fais en ton épouse dévouée.
Lia accepta avec plaisir. Son homme femme était très joli, jolie?. Il avait un superbe cul bien ferme et un petit pénis qui restait bien dur très longtemps. De quoi bien s'amser sous les fourrures épaisses. Le chef lui offrit en cadeau un grand arc avec douze flèches. Les fêtes du mariage durèrent une bonne semaine. Le petit cul de son homme femme ne resta pas lontemps vierge. Question sexe, Lia avait faim et savait y faire.
Le couple partit vers les montagnes et la demeure de Lia. Ils vécurent très heureux. Son homme femme etait la plus parfaite des épouses. Puis la bête revint, encore plus terrifiante dans ses cris, encore plus glaçante. Lia prit le grand arc et partit la combattre. La grande bête l'attendait sur un rocher, noire, avec des griffes et de dents luisantes, un regard de feu. Une crétine cette bête. elle se mit debout pour hurler et offrit sa poitrine découverte. Lia tira ses douze flèches.
Le crane de la bête orne sa hutte et sa peau immense couvre son toit....
Publié dans: Pratiques BDSM
Top
Page generated in 0.9082 seconds with 11 queries and GZIP enabled on 195.154.53.235.