03/09/2018 par
Tenzo n'a jamais su qui il était vraiment, ses parents, son médecin, ses professeurs non plus. Homme ou femme? femme ou homme? les deux peut être? Il avait un pénis et un vagin, de petits seins. Son medecin voulait le couper et en faire une fille. Sa mère horrifiée refusa. Après il fut trop tard. Tenzo fut libre de choisir et il préfera ne rien changer. Il pouivait baiser comme une fille ou comme un garçon, s'habiller comme il lui plaisait. Finalement ce sort de la nature lui plaisait beaucoup. Il s'amusa follement, couchant avec de beau garçons ou de belles filles, comme un splendide papillon. Chaque jour était merveille.
Mais la nature ne fait rien par hasard. il existe toujours des contre parties dans le plan de vie. Tenzo s'apperçut qu'il avait un don terrible, il pouvait lire les futurs possibles, les uchronies possibles. Il avait à cause de ce don un pouvoir d'aiguillage. Une terrible responsabilité. Fini de faire le papillon folâtre et de multiplier les amours.
Il rencontra Bahia, une femme homme comme lui, et ils tombèrent amoureux dès le premier regard. Bahia avait aussi un don, celui d'accompagner les morts, ceux qui étaient morts mais qui ne savaient pas qu'ils étaient morts.
Ils ouvrirent un cabinet de médiums dans la grande ville aux hautes tours. Ils avairent besoin d'être toujours ensemble. Ils faisaient l'amour le plus souvent possible. Tenzo et Bahia tombèrent tous les deux enceintes, en même temps et eurent tous deux un très bel enfant. C'était de nouveau un rêve, un nirvana permanent.
Sauf qu'il fallait toujours prendre des aiguillages et accompagner des morts. Les clients se bousculaient dans leur cabinet de médiums. Ils étaient riches et célèbres. On venait de loin pour les consulter. On ne savait jamais qui était Tenzo ou qui était Bahia, ils étaient devenus comme interchangeables.
Des hommes toujours plus puissants venaient les consulter. Plus on montait dans la pyramide sociale plus le monde était impitoyable. Pas de place pour les mickeys. Plus les exigeances et les commandes étaient terribles. Une bourgeoise voulait faire castrer son mari volage. Un chef d'entreprise voulait envouter sa secretaire pour qu'elle baisse sa culotte sur demande. Etc, etc...Il fallait toujours dire, non, non, et non. Nous ne jetons pas de sorts. Il y avait aussi les demandes sérieuses où il fallait encore dire non, comme pour les demandes envers les morts.
En fait Tenzo et Bahia passaient leur temps à dire non aux autres et à se dire oui entre eux. Vinrent les robots, qui eux aussi n'était plus ni homme ni femme, juste machines sous des apparences. Les tours de la grande ville étaient plus hautes, plus d'acier et de verre. Et Tenzo eu le choix, le dernier aiguillage.....Il refusa de choisir. Il eu plus besoin que jamais de faire l'amour avec Bahia.
- Attache moi disait il, empêche moi de choisir. Et Bahia l'attachait. Et il refusa de choisir....
Publié dans: Pratiques BDSM
1 ont aimé
 aime(nt) ça.
adeptegynarchie
Franchement bien écrit, déroutant et très beau.
Top
Page generated in 0.2321 seconds with 13 queries and GZIP enabled on 195.154.53.235.