Switcher
by on 05/03/19
73 views
Masturbation, sex-toys, porno, sodomie...À l’occasion d’un sondage, l’Institut français d’opinion publique (Ifop) a demandé à un millier de femmes de dévoiler un pan de leur intimité.
En décembre dernier on découvrait, dans un sondage Ifop que les Françaises étaient les championnes d’Europe de la fellation et de la sodomie (devant l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni) avec respectivement 75% des femmes d’au moins 18 ans pratiquant régulièrement la fellation et 21% la sodomie. Les réponses des participantes montraient aussi que les Françaises n’étaient pas pour autant ouvertes à toutes les pratiques sexuelles.
Cette fois, pas de comparaison internationale mais une mise en perspective par rapport à des sondages antérieurs. Ce nouveau sondage, en partenariat avec le magazine Elle, a été réalisé du 28 au 29 janvier 2019 auprès d’un échantillon de 1007 femmes représentatif de la population féminine âgée de 18 ans et plus.
Des pratiques qui évoluent
Globalement, les femmes sont de plus en plus nombreuses à élargir leur répertoire. En 2012, 64% avaient déjà expérimenté la masturbation (versus 90% des hommes), elles sont désormais 76%, soit douze points de plus. Neuf points de plus également s’agissant du porno sur internet (tenté par 47% des femmes) et six points de plus pour l’usage d’un sex-toy (43%). Près d’une femme sur dix déclare aussi avoir eu une expérience homosexuelle (9%) alors qu’elles n’étaient encore que 6% en 2012.
» LIRE AUSSI - Sexualité: l’orgasme vaginal existe-t-il vraiment?
Les pratiques annales ont la cote
Mais la grande nouveauté, c’est ce que nos consœurs de Elle, qui publient l’intégralité de ce sondage dans leur dernier numéro, appellent «l’atout prostate»: 22% des femmes ont déjà introduit un doigt dans l’anus de leur partenaire («assez rarement» pour 11% des femmes interrogées, «parfois» pour 9% et «souvent» pour 2%). C’est encore loin des hommes, puisque la réciproque est vraie pour 52% d’entre eux. Mais les réponses concernant la sodomie étant similaires il est impossible de savoir s’il s’agit dans ce cas d’une préparation ou d’une pratique érotique à part entière. De la même façon le sondage IFOP-Elle ne permet pas de savoir pourquoi l’anulingus, pratique qui consiste à lécher l’anus de son/sa partenaire, est davantage pratiqué par les hommes (26%) que par les femmes (15%).
La sodomie minoritaire
La sodomie reste une pratique minoritaire puisque moins de 7% des femmes la pratiquent «souvent» et une femme sur cinq «occasionnellement» à partir de la trentaine. Toutefois, 53% des femmes ont déclaré l’avoir déjà expérimentée, contre 46% il y a cinq ans. Contrairement à une idée reçue qui dresse un portrait débridé des plus jeunes, on ne compte que 5% de femmes de moins de 30 ayant déclaré pratiquer «souvent» la sodomie et 5% «parfois».
Le retour du poil, sauf chez les jeunes
S’agissant d’épilation intime, les plus jeunes sont en revanche largement converties à l’épilation intégrale, adoptée par la moitié des 18-34 ans mais seulement une femme sur quatre entre 35 et 50 ans et une sur dix à la cinquantaine (une femme sur 20 ensuite). À l’inverse, le poil fait (un peu ) son retour puisqu’une femme sur quatre ne s’épile pas du tout, soit six points de plus qu’en 2015.
Be the first person to like this.