Sévices ou délices ...
Douleur ou douceur ...
Supplices ou suppliques ...
Les ingrédients du plaisir BDSM...
L'un des aspects qui m'intéresse et m'attire le plus dans le BDSM réside dans les possibilités multiples que ces pratiques offrent pour magnifier les sensations, intensifier le plaisir, explorer les limites de nos cinq sens, éprouver des orgasmes extrêmes, et se sentir ainsi si vivant !
Dans ce cadre, il apparaît que l'alternance douleur et douceur (par ex. donner la fessée, puis caresser la vulve, puis redonner la fessée, puis recaresser la vulve, etc.) est l'un des mécanismes fondamentaux de la montée progressive du plaisir vers des sommets : la douceur crée le plaisir, la douleur l'empêche de s'exprimer trop vite en orgasme, et permet ainsi de monter par palier vers des orgasmes surpuissants, tels des alpinistes gravissant les sommets himalayens de camp de base en camp de base jusqu'à l'ascension finale !
Cependant, ici, le sujet qui me préoccupe est celui de la simultanéité douleur/douceur (par ex. pincer les tétons tout en massant le clitoris), avec le savant dosage qui permet de rester aux limites de l'orgasme sur une sorte de palier de plaisir intense sinusoïdal mais continu.
Pour ce faire, il me semble qu'il existe quatre possibilités (je prends la situation la plus courante d'un Dom avec sa soumise, mais on peut imaginer des variations avec Domina/soumis, ou Dom/soumis, ou Domina/soumise, etc, bien entendu) :
1/ utiliser nos différents organes corporels dans des rôles différents (par ex. une main qui étire les tétons, pendant que l'autre masse le point G) ;
2/ utiliser des accessoires : par ex. faire couler de la cire à bougie tout en pratiquant un cunni long et appuyé, ou effectuer une sodomie tout en cravachant les fesses ;
3/ utiliser un/des partenaire.s : par ex. une soumise et deux dominants (l'un qui fouette et l'autre qui joue du Magic Wand, etc...) ;
4/ utiliser la soumise comme outil de self-plaisir (se caresser, se masturber...) tandis qu'on lui administre des sévices appropriés, dans un équilibre subtil et en résonance mutuelle..
Sévices-délices ...
Douceur-douleur ...
Suppliques-supplices...
Les oxymores du BDSM, tels les clairs-obscurs du désir et du plaisir sublimé !
Je suis intéressé à partager vos expériences, suggestions, idées sur ce sujet de la simultanéité douleur/douceur, SM/tendresse, supplice/délice, torture/gâterie !
Dernière modification le 18/05/2018 08:14:41 par ZarathoustraDom.
L'option 1/ - sans accessoires et sans partenaire tiers - est évidemment la plus difficile, et c'est celle qui m'intéresse le plus, même les deux autres options sont évidemment très riches de possibilités !
A titre d'exemple, je donnerais la situation suivante, qu'une soumise avec qui j'avais pratiqué cela avait adoré : elle, disposée à quatre pattes, attachée strictement en position "face down bottom up" (visage à terre, cul en l'air, pourrait-on traduire, un peu de cette façon là, c'est d'ailleurs l'une des positions que je préfère !)
Et moi, positionné à genoux du côté de sa tête, effectuant une "irrumation" dans sa gorge, tandis que de mes deux mains je lui donnais de vigoureuses claques sur les fesses.
Top
Page generated in 1.6694 seconds with 18 queries and GZIP enabled on 195.154.53.235.