Bonjour à tous,
Je me permets de lancer ce sujet suite à une lecture que j'ai faite dans "L'Eveil de l'Ange 1" de Eva Delange :
Un échange entre un Maître expérimenté et une novice.
" - Y a-t-il vraiment une notion d'abnégation alors ?
- Développe.
- La soumise n’obéit-elle pas finalement dans le but d'obtenir ce qu'elle aime, et ce dont elle a envie.
- D'une certaine façon peut-être, mais c'est surtout un état d'esprit. Si la soumise n'agit que par intérêt, juste pour se satisfaire elle-même, alors elle n'est pas soumise, ça reste du jeu. Et le Maître n'y trouvera pas d'intérêt. c'est lorsque la fierté et le plaisir de son Maître prennent le dessus sur ses propres désirs qu'elle est véritablement soumise.Et pour aller plus loin, je dirai que c'est lorsque la satisfaction et la fierté de son Maître deviennent ses véritables sources de plaisir que l'on peut véritablement parler d'abnégation.
[...]
- Lorsque le Maître décide alors de récompenser sa soumise pour son abnégation en lui offrant quelque chose dont elle a envie, alors son plaisir est démultiplié. D'une part c'est rare , donc précieux, et surtout parce qu'elle sait alors que son Maître la récompense pour ses qualités. Aux yeux de certaines, cela n'a pas de prix."
Je suis d'accord avec le principe que la soumise ne vit que pour le plaisir de son Maître (pareil pour soumis et Maitresse), mais peut-on totalement oublier son plaisir ? Se soumettons pas au pouvoir d'une personne car on connait sa capacité à nous faire du bien ?
L'idée n'est pas de chercher son plaisir à tout prix bien évidement mais je me pose la question est qu'un Dominant peut penser a son plaisir sans jamais "récompenser" sa propriété. Et donc même si elle a du plaisir a servir son plaisir physique lui est toujours frustré.
Je suis un perdu dans ma propre réflexion.
6 people like this.
son ange
#7
@softail c'est peut être pour cela que je ne parle jamais de soumission. Se soumettre est un acte actif qui demande certainement un effort et de l'abnégation ; être dominé non. Je n'aime pas tout ce qu'elle me fait et ce n'est pas toujours agréable, mais j'aime qu'elle me le fasse et surtout, j'aime qu'elle en ait envie. Ses désirs deviennent les miens dès qu'elle les exprime donc j'aime tous ses désirs (sans effort, passivement, à l'insu de mon plein gré tu vois^^)). Souminer n'aurait aucun sens, je suis bien dominé.
Last update on 12/03/2019 16:51:37 by son ange.
3 people like this.
son ange
#8
Je précise ma pensée qui n'est que mon interprétation... toute ressemblance blabla... Vouloir être soumis sans savoir à qui, avoir des fantasmes de soumission qu'on a envie d'assouvir sans être au préalable dominé par quelqu'un, implique de rentrer dans la peau d'un personnage susceptible de rencontrer l'autre. C'est un jeu, non pas au sens futile ou ludique, mais au sens rôle à jouer, adopter des codes communs ou reconnus pour montrer sa qualité de soumis. J'imagine que cela demande de l'abnégation et une certaine dose de masochiste de s'oublier volontairement pour plaire. J'exclus les listes de courses qui ne s'embarrassent pas de ce problème. Bref il faut être souple pour trouver la domina qui accepte de te dominer.
A l'inverse si tu es subjugué par quelqu'un, tu entres sans le vouloir (et sans douleur) dans ses désirs et ses fantasmes parce que c'est évident, pas de personnage, pas de rôle. Elle te domine si elle en a le désir mais tu es dominé quoi qu'il arrive. Mais ça implique de ne pas chercher la domina qui accepte de te dominer (la loi du marché) mais la femme qui te subjugue.
Last update on 12/03/2019 17:46:26 by son ange.
6 people like this.
[quote=
Là où je me pose la question c'est que je suis marié depuis longtemps relation vanille et je même si je lui donne du plaisir moi je n'en n'ai jamais sexuellement. J'avoue avoir du plaisir quand je lui fais du bien même quand c'est que pour lui et que je n'ai. Mais au bout de plusieurs années la frustration est trop grande.
Est ce que cela veut dire que je ne peux pas être une bonne soumise ? Que je dois faire preuve de plus d'abnégation et voir la chance que j'ai de l'avoir.
Je voyais les relations D/s comme un échange de plaisir (sans être physique forcément) mais peut on rester frustré sexuellement dans une relation si elle dure plusieurs années ?
[/quote]
Chère Courtie
Une relation de soumission (telle que je la conçois) implique que la soumise fait passer le plaisir de l’autre avant le sien. Cela ne signifie pas pour autant que le plaisir doive être exclu pour elle. Par contre, vous écrivez que vous êtes mariée, et dans une relation vanille. C’est peut être la qu’il y a problème. Votre frustration ne vient-elle pas du fait que votre compagnon ne vous « domine pas »?
Lui avez vous parlé de vos désirs, de ce que vous attendez de lui?
4 people like this.
Largo
#10
Et si on comparait ce qui est comparable !
Comparer une relation bdsm récente à une relation vanille ancienne ce n'est pas fair.
Comparons plutôt 2 relations récentes. Y aurait il tant de différence de plaisir sexuel ?
Last update on 13/03/2019 09:13:21 by Largo.
Be the first person to like this.
IooooooooI
#11
Bonjour Courtie.
A vous lire j'aimerais juste vous écrire que le dominant domine il ne récompense pas. Dominer est un état naturel que vous accepterez de sa part (ou pas.)
Il y a sûrement une confusion dans vos sentiments qui vont peut-être de la limite qui sépare la soumission de l'esclavage et qui se situerait entre la place que vous mettez à prendre du plaisir sur ce qu'il vous apporte dans votre relation. Gardant votre libre arbitre et gardant la possibilité de dire non. Ainsi donc vous restez en position de contrôle de votre place plus ou moins présent dans votre "couple".
Et là limite franchie à partir de laquelle ou en tant qu'esclave il ne vous appartiendra pas de retirer nécessairement du plaisir de ses actions, mais de servir ses besoins, ses aspirations profondes a être lui même sans que votre plaisir ou vos choix ne s'en viennent à interférer ou à supplanter les siens.
Perdre tout contrôle et d'être à la place qu'il vous choisira et non celle qui vous plaira est sûrement plus importante à analyser dans votre volonté à vous comprendre au travers et dans votre relation.
Je me pose souvent cette réflexion quand je lis régulièrement la confusion qui habite les gens entre domination et maîtrise.
Les confusions qui se font jours et le manque de dialogue dans la relation empêche celle-ci de s'épanouir et empêche l'un et l'autre ou l'un des deux à avancer et de se comprendre quant à sa place et ses fonctions dans cette relation et de ce qu'il/elle peut en vivre.
Il va de soi que je ne formule aucunes vérités dans mon propos écrit, mais juste un avis perso pour apporter une réponse parmi d'autres quant à vos interrogations.
2 people like this.
Je ne sais pas si nos échanges ont permis à Courtie de trouver des réponses. Ce qui est sûr par contre c’est qu’ils témoignent de la complexité des relations bdsm. Chaque relation est unique, le résultat d’un dosage subtil et sans cesse en évolution de désir, de pouvoir, de sexe.
Je suis d’accord avec sonange quand il dit que se « se soumettre est un acte « actif », être dominé, non ».
Le choix premier est de se soumettre, de vouloir se donner entièrement à l’autre.
Ensuite, la soumise (ou l’esclave dans mon cas) n’a plus le choix. Elle devient un simple objet entre les mains de son Maître.
Le paradoxe, c’est que c’est le rôle le plus simple à assumer : subir ce que le Maitre décidera.
Au contraire, c’est sur le Maitre que pèse la responsabilité la plus lourde. En contrepartie du pouvoir que lui confère l’esclave, il devra tout en essayant d’obtenir d’elle le maximum de plaisir pour lui, faire en sorte de repousser ses limites à elle et veiller à tout moment à ne pas aller au delà de ce qu’elle peut endurer au moment où il l’utilise.
2 people like this.
Courtie
#13
Votre frustration ne vient-elle pas du fait que votre compagnon ne vous « domine pas »?
Lui avez vous parlé de vos désirs, de ce que vous attendez de lui?
Certes tout le problème est qu'il ne me domine pas, il n'est ni un Maître ni un Dominant. Cependant il est heureux comme cela et je me dis qu'en tant que femme soumise je dois pouvoir me contenter de son plaisir en oubliant le mien. Mais j'avoue que cette exercice est plutôt difficile.
Comme vous le dites chaque relation est différente, soumise ou esclave chacun son plaisir. J'avoue avoir beaucoup de fantasme dans lequel il n'y a pas de sexualité mais une simple utilisation de mon corps pour les plaisirs de mon Maître ou ma Maitresse. J'espère seulement qu'un jour l'expérience me permettra de découvrir de quel côté je suis ^^ et de trouver le Dominant ou Dominante qui saura révéler la soumise en moi.
12 people like this.
Courtie
#14
Merci à tous pour le partage de vos expériences et votre point de vue. Pour une novice comme moi ce sont des témoignages précieux.
2 people like this.
Bonjour Courtie
j'aime l'idée que des lectures vous entraînent à la réflexion, c'est pour moi aussi le but!
je pense que la première des questions à vous poser est : qu'attendez vous de votre soumission ? de quoi avez vous réellement besoin (et pas envie c'est différent)?
Dans les fantasmes que vous avez, qu'est ce qui vous plait (vous parlez d'utiliser votre corps)?
"en tant que femme soumise je dois pouvoir me contenter de son plaisir en oubliant le mien" je vous cite... vous y croyez ?
en tant que femme soumise, vous devez être épanouie, trouver du plaisir à être à lui me paraîtrait plus juste
personnellement la frustration peut avoir du bon .. à petite dose !
à chacun son BDSM et ses expériences en effet. Je vous laisse continuer votre réflexion et trouver les chemins qui vous amèneront à vous révéler à vous même et à Lui
et ensuite voir vos limites et les repousser ou pas ...
4 people like this.
Araneae
#16
Bonjour, Courtie.
J'abonde à l'ensemble des justes réponses qui vous ont été données...
Peu de choses à ajouter, y compris aux écrits d'Eva DELAMBRE qui est, à mon sens, une bonne "analyste" de nos rapports, au travers de ses différents romans.
J'apporterai juste à l'eau de votre moulin, l'énoncé suivant, auquel je souscris quotidiennement :
"La soumise est au service du Maître. Le Maître est au service du Lien."
Il ne s'agit nullement d'un rapport déséquilibré ou inégal, mais d'un positionnement éclairé, où chacun s'épanouit et prend plaisir, tant dans ses besoins que dans ses envies.
Mais vos interrogations viennent probablement, comme cela a été évoqué, de votre situation à cheval sur deux fonctionnements (vanille/BDSM), si ce n'est antinomiques, du moins très distincts.
Comme cela vous a été également dit, la réflexion est le premier moteur de la relation...
Le commencement comme la moitié du tout. (-:
Last update on 16/03/2019 11:03:35 by Araneae.
2 people like this.
Splendorsolis
#17
Bonjour Courtie,
Commune action, parler, écouter sans vous interrompre, échanger avec votre mari. Il est là pour son plaisir avec vous.
Vous vous êtes choisis alors avance ensemble.
Moi, j’aime récompenser ma belle, même si je suis un testard. Ça serait con qu’il prenne une maîtresse.
Et s’il tient à vous il sera vous guider à sa façon et vous trouverez alors un lien plus fort.
1 people like this.
tendre_coeur
#18
Cependant il est heureux comme cela et je me dis qu'en tant que femme soumise je dois pouvoir me contenter de son plaisir en oubliant le mien. Mais j'avoue que cette exercice est plutôt difficile.
Je ne suis pas certain qu'être soumise signifie abandonné son plaisir. Je comprends que l'on peut ressentir du plaisir en voyant l'autre heureux mais l'abandon de son propre plaisir est une pente dangereuse pour un couple.
J'ai entendu dire que parfois certaine soumises ont des relation avec des Dom en excluant la partie sexuel. Comme une sorte de mur virtuel qui se construit entre les deux mondes
4 people like this.
DomStock
#19
Courtie,
Je vais faire simple. Le plaisir de la soumise consiste à éprouver du plaisir en donnant du plaisir à son Maître. Ça, c'est pour l'état d'esprit, et éventuellement le but à atteindre si l'on ne ressent pas déjà une prédisposition naturelle à servir.
Dans la pratique, en partant du principe que chaque être humain est unique, qu'il faut se connaitre totalement sur tous les plans si l'on veut qu'une relation aille plus loin que le jeu et/ou le coup d'un soir, je n'ai jamais hésité à donner du plaisir à une soumise, déjà pour le simple plaisir de la voir perdre totalement le contrôle de son corps et de ses émotions, de la sentir partir le plus loin possible. L'amener à cela est totalement jouissif pour moi. Ensuite pour connaitre ce qui la stimule, connaitre son corps sur le bout de tout ce qui peut le toucher, ses émotions, ses ressentis, lui donner envie de s'offrir totalement à moi et me donner sans restrictions et naturellement du plaisir des manières dont j'en ai envie.
Le sadique qui est en moi aime également savoir comment la frustrer, la contrôler, la punir, la priver de ses sources de plaisir pour mieux les lui rendre lorsque je le désire afin que ses sensations soient encore plus exacerbées.
Vivre une relation D/s n'empêche pas de donner pour recevoir, plus on donne, plus on reçoit, Quelque soit la nature de ce que l'on donne. Cela reste un échange basé sur la complémentarité des besoins de chacun et l'équilibre de leur satisfaction.
3 people like this.
ktycat35
#20
bonjour Courtie
et merci de votre sujet, je me pose souvent la question, moins ces temps ci, mais beaucoup au début !
comme plusieurs témoignages vous l'ont dit, à chacun son Bdsm.
je rejoins gitanes sans filtre, la frustration à petite dose !
pour moi, et comme cela ne vaut que pour moi, tout ça, tout ça, j'aime à croire qu'une relation Bdsm est avant tout une relation, un lien qui s'établit entre deux partenaires (le mot a son importance). ainsi, les deux protagonistes sont tournés l'un vers l'autre, le dom, à l'écoute de sa soumise, et la soumise, suscitant le plaisir et le désir du dom. c'est l'interaction entre les deux, qui alimente les fantasmes de l'un et de l'autre.
je me suis interrogée surtout lorsque j'ai rencontré des doms "totalitaires", qui me disaient que la soumise n'a pas voix au chapitre et que sous prétexte de cette posture, elle se doit d'être dans l'abnégation la plus totale. j'ai bien essayé mais comme je ne m'y retrouvais pas, trop de frustrations accumulées, cela s'est terminé.
par contre, et c'est là aussi l'ambiguïté, voir le plaisir et la satisfaction de mon partenaire me font plaisir, me flattent et m'excitent, mais ne me suffisent pas sur le long terme.
au plaisir
kty
7 people like this.
Merci FemmeFemelleEsclave pour votre réponse.
Je suis d'accord avec vous. Même si je n'ai jamais réellement eu de relations Dominant/soumis sur une longue durée j'aime cette idée d'être au service et d'être utilisé pour le plaisir de l'autre. Que ce soit dans les livres ou mes fantasmes ce sont les notions d'esclaves sexuelle et services qui m'attirent le plus et qui m'excite le plus.
Là où je me pose la question c'est que je suis marié depuis longtemps relation vanille et je même si je lui donne du plaisir moi je n'en n'ai jamais sexuellement. J'avoue avoir du plaisir quand je lui fais du bien même quand c'est que pour lui et que je n'ai. Mais au bout de plusieurs années la frustration est trop grande.
Est ce que cela veut dire que je ne peux pas être une bonne soumise ? Que je dois faire preuve de plus d'abnégation et voir la chance que j'ai de l'avoir.
Je voyais les relations D/s comme un échange de plaisir (sans être physique forcément) mais peut on rester frustré sexuellement dans une relation si elle dure plusieurs années ?
Bonjour Courtie,
J'avoue que j'ai un peu de mal à comprendre ; vous parlez d'absence de plaisirs sexuels dans votre relation mais sans que cela semble être quelque chose de volontaire de la part de votre conjoint puisque vous nous dites qu'il n'est pas intéressé par le BDSM. Ne cherche t il pas à vous procurer du plaisir sexuel vanille? Ou bien vous ne parvenez pas au plaisir dans une relation vanille ?
Au plaisir d'en discuter avec vous.
Be the first person to like this.