Déplacer pour recadrer votre photo

Empathy-Sadist

Homme Dominateur. Vit à Bourgogne, Franche-Comté, France. 46 ans. est célibataire.
La rubrique "Articles" regroupe vos histoires BDSM, vos confessions érotiques, vos partages d'expériences SM. Vos publications sur cette sortie de blog collectif peuvent aborder autant les sujets de la soumission, de la domination, du sado-masochisme, de fétichisme, de manière très générale ou en se contentrant très précisément sur certaines des pratiques quu vous connaissez en tant que dominatrice/dominateur ou soumise/soumis. Partager vos récits BDSM, vécus ou fantames est un moyen de partager vos pratiques et envies et à ce titre peut être un excellent moyen de trouver sur le site des partenaires dans vos lecteurs/lectrices. Nous vous rappelons que les histoires et confessions doivent être des écrits personnels. Il est interdit de copier/coller des articles sur d'autres sites pour se les approprier.
Par : le 12/04/24
Aujourd'hui, là où quelques jours, je me vois dans une situation lumineuse. Je m’aperçois que cette lumière que je me fixais était bien éphémère, je broie du noir, j'exclame et je crie en silence avec délicatesse ma noirceur qui me hante par dépit de ne pas pouvoir la faire subir à celle qui m’offrira avec délice son univers.  J'en ai fini d’être emprisonné de mes chaînes qui retiennent mon âme à s’adonner aux pensées des plus pervers et sadique soit-il.  Il est l’heure que cet oiseau noir vole à la recherche de sa proie auquel il prendra plaisir de la meurtrir de coups de griffes corps et âme jusqu’à la dernière goutte de son sang.  Passant stratégiquement dans la pénombre pour rejoindre le royaume de la lumière ou toute autre divinité qui serait bonne à visiter.
100 vues 0 aime
Par : le 21/03/24
  Je retire ma main de son antre tout en lui frottant le clitoris qui était gonflé de désir et d’envie, puis elle prit son gode XXL et me le tendis.    Je compris qu'elle n'en avait pas assez et qu'elle en voulait plus, et je ne me fis pas prier pour lui donner du plaisir. Je lui enfonçai sans mal dans sa petite chatte et commençai des allers-retours. De l'autre main, je lui donnai des claques sur les fesses qui commencèrent à prendre une belle couleur.    Ensuite, je m'approchai d'elle et lui dis : "Je ne vais pas te prendre, j'ai juste envie de te voir jouir comme une folle." Je mis plus d'ardeur à l'intérieur de son sexe, et étonnamment, elle se mit à squirter, ce que j'adore et qui m'a excité encore plus. Lorsqu'elle me dit : "Je suis une petite fontaine," avec un sourire qui me satisfait en pensant au plaisir que je lui fais ressentir, j'ai été agréablement surpris.    Je suis très vicieux, alors je lui demandai de s'allonger sur le dos et entrepris de la faire ruisseler en mettant ma main sur son cou, qu'elle prit avec ses deux mains pour ressentir mon étranglement.    C'est à ce moment-là que je me suis dit que c'était elle avec qui je voulais m'amuser, car rien ne l'arrêtait, et ce côté masochiste me donnait du plaisir à faire ressortir mon sadisme, ce que j'ai rarement l'occasion de faire.   Ensuite, je la regardai jouir et gicler sur le lit et la moquette, c'était vraiment sublime et si excitant de voir un si joli visage d'ange se transformer en une si belle diablesse. Il ne faut pas se fier aux apparences. Nous nous arrêtâmes pour nous désaltérer, moi avec mon jus de fruit et elle avec son eau, et nous avons pris le temps de discuter de ce moment et d'autres.    Cependant, ce n'était pas la fin de notre rendez-vous, car nous avons continué la session encore plus intensément avec la cravache, le paddle, le martinet. Malgré mes paroles disant que je ne la prendrais pas sexuellement, elle entreprit de me défaire la ceinture, donc j'ai retiré mon pantalon et m'en suis servi sur ses fesses.    N'ayant pas fait de test hiv, et bien que je sache que je n'ai pas de maladie, pour sa sécurité, elle ne m'a pas sucé, mais elle a entrepris de me masturber avec désir en me regardant droit dans les yeux.    J'ai joui sur sa poitrine, quel plaisir de la voir souillée de mon sperme, qu'elle a pris en photo en me demandant l'autorisation, ce que je lui ai donné en cadeau pour le plaisir qu'elle m'a offert.   Nous avons passé deux heures ensemble à rire, à jouir et à prendre plaisir à chaque instant. Nous prévoyons de nous revoir pour continuer d'explorer ensemble de nouvelles pratiques, une relation de jeu S/M sans lien sentimental, juste des moments sexuels et des impacts.    Notamment qu'à ce jour, la balançoire n'a pas été utilisée, et je lui prévois d'autres pratiques que nous envisageons déjà de mettre en place.    Merci d'avoir lu mon récit, qui est le récit de ma réalité du moment que j'ai passé avec une diablesse qui se prénomme Vendeta.
197 vues 4 aime
Par : le 19/03/24
Juste une petite note d'un appel sans réponse Juste une âme perdue cherchant refuge dans l'obscurité Juste une singularité de l'âme qui ne cesse jamais d'être invisible Juste une décadence qui émerge de vos yeux Juste une chaîne d'émotions et de sensations qui se transforment en émotions de plaisir Il est juste temps de faire ce que vous savez faire de mieux Non, ne tournez pas le dos, vous seriez juste une proie parfaite pour un diable comme moi.
115 vues 0 aime
Par : le 18/03/24
De son sourire et a son regard je compris que j'aurai tord de ne pas me faire plaisir a utiliser son corps juvénile, oui elle est jeune, belle, provocatrice , contorsionniste avec la possibilité de manipuler son corps avec souplesse.    Je me rapprocha d'elle la mettant dos a moi et je la saisie contre moi ayant guise de la caresser et elle de se trémousserde de manière a exciter mon désir lui caressant sa poitrine,  pinçants ces tétons (je remarquas que cela lui plaisait a la manière de son corps qui se contracte avec orgasme) , je continua mon exploitation touten descendant mes mains sur son corps je m'arrêta a son sexe et a ma grande surprise elle était déjà toute mouillée.    (je lui en est fait la remarque) elle me répondis avec toujours ce sourire très évocateur !  Oui. A ce oui je lui réponds on va devoir passer aux choses sérieuses.    Je lui ordonna de se déshabiller ce quel entreprit de suite. Je la regarderai avec plaisir dévoiler son corps si sensuel puis une fois nu je demanda de mettre son corset,  ( qui a pas mis longtemps a être retiré car je préfère la voir nu puis par la même occasion je m'entrepris a lui mettre son collier.    Je la fis mettre a quatre pattes sur le lit et pris la cravache posée sur le lit je contemplé son cul qui appelle mon vice de la rougir et je commença a lui impactées des coups de cravache  ( connaissant pas ces limite j'y suis allé doucement ! ) sur ces fesses et le sexe mêlée a des caresses afin de nuancer la douleur a celui du plaisir.     je trouvais quelle rougissais peu, marqué un peu mais pas assez pour moi, et supporter très bien les impacts donc j'ai changé d'accessoire prenant le paddel afin déposer des coups un peu plus régulier tout en lui caressant sont sexe humide d'envie d'être pris profondément    Je m'arrêtas et je lui mis un un bâillon avec des pinces  que je fixe sur sa poitrine toujours aussi sensible,  dos a moi je lui pris les cheveux pour la cambrer est la doigta rentrant un a un mes doigt facilement jusqu'à ma main se glissa littéralement entièrement en elle stupéfait je la refermis à l'intérieur d'elle pour la mastuber plus intensément , prenant en même tant possession de son cou la tirant en arrière afin de la tenir cambrer de manière que cette étreint soit profonde.    Cela me plaît tellement de voir quel prend du plaisir ma main a l'intérieur delle ces gémissements si actant de sa jouissance.     La suite dans quelques jours  ( moment relevant de la réalité ) 
181 vues 2 aime
Par : le 15/03/24
Voilà quelques semaines que l’on se parlait pour échanger nos différents désirs. On se donne rendez-vous et malgré un rendez-vous manqué mais pas pour autant raté (les raisons peuvent paraître compliquées parfois), on réitéra un autre quelques jours après.   Second rendez-vous, tout est prévu pour que ce soit ce jour où nous allons pouvoir concrétiser nos objectifs qui sont dispersés sur différentes étapes et qui seront réalisés selon nos souhaits.  Jour J, toute la matinée à organiser et à préparer ta venue pour l’heure prévue, arrive l’heure, personne ! Petit SMS (j’arrive dans 5 min) et je t’attends devant la baie vitrée en sirotant un jus d’ananas et je te vois arriver. Vêtue de manière sexy et provocatrice, chaussures hautes avec des collants bas résilles, petite jupe courte noire où l’on peut deviner tes formes radieuses avec un décolleté à la poitrine qui laisse imaginer ta belle poitrine, cachée sous une veste en jean longue; qu'importe, l'essentiel c’est que tu sois là.  Je te regarde arriver traverser l’allée, valise à la main, je t’envoie un message pour te dire de rentrer, ce que tu fais de suite, nous voilà enfin ensemble. On se regarde dans les yeux, tu me souris d’un air malicieux et très enjoué qui suscite en moi bien des idées.  Je t’embrasse affectueusement et te dis (qu’est-ce que tu es belle), te dévorant du regard, tu me réponds (merci, ça y est, on y est arrivé !), moi (oui, tu es enfin là, j’en suis ravi). On monte à l’étage en se dévorant mutuellement du regard, scrutant ton corps et toi le mien, je n'ai aucun doute que l'on va très vite passer à l'acte.  On rentre dans la chambre, tu poses ta valise et me dit "tiens, je n’avais pas vu les martinets (je lui avais envoyé une photo le matin même juste avec une cravache afin d’attiser son désir)". Moi (oui, c’était pour te faire une surprise et il y en a plein d’autres qui t’attendent), de là, on se rapproche mutuellement, elle lève son visage, me regarde dans les yeux, montre l’envie qu'elle a que je l'embrasse avec fougue, tendrement, goûtant sa langue et ses lèvres chaudes et charnues que j'attrape avec mes dents en tirant dessus délicatement , prenant sa chevelure fermement pour lui montrer que je la domine en ce moment même, caressant son corps, ses petites fesses fermes et sa poitrine en forme de poire.   Puis, nous discutons de notre passion commune tout en restant dans notre découverte pour savoir ce que l’on allait faire et forcément, ce que l’on ne devrait pas faire pour avoir le consentement mutuel qui est important dans ce genre de relation !   Nous nous caressons mutuellement et je lui montre certains de mes accessoires déposés un peu partout dans la chambre, notamment une balançoire de porte que j’avais laissée dans un coin afin de lui faire la surprise, sachant qu'elle aime être suspendue, animant notre désir réciproque de passer à l’acte divinement.    Je lui demande ce qu'il y a dans cette valise, d’un air très provocateur et revendicatif (ah, je me demandais quand est-ce que tu allais me le demander !). Intrigué sans être désarçonné, je lui dis (montre-moi, je suis curieux). Et là, elle commence à me montrer une à une les choses qu'il y avait dedans !  Un plug à queue de diable, un autre en fourrure de renard, un harnais et notamment deux boîtes qui contenaient des godes XXL auxquels elle avait donné des prénoms (excité par ma curiosité, je lui demande si elle les utilise, (oui, je suis une nympho qui aime beaucoup se faire du bien).    Excité et non résigné, je lui réponds (tant mieux, j’aime les petites filles pas sages avides de sensations fortes et je vais me faire un plaisir de m’occuper de toi !   La suite dans quelques jours (moment réellement vécu).
226 vues 2 aime
Par : le 14/03/24
Si intenses sont tes yeux, si macabres ton corps, sain influence mon sadisme. Livres de sang, libres échanges, dans chacun de tes sens imposés cherche dans la pénombre la clarté. Ta sensibilité inavouée serait le lien qui caractérise ton esprit, tiraillé sans être excédé par les sentiments indécents, tu peux être lumineux sans avoir à te forcer. Obéis et ressource-toi de mon être, tu ne ressentiras pas de douleur. Écorche ton corps sans abîmer ton âme. Ton esprit se libérera sans ailes pour se poser, tu ne feras que monter dans la pureté de chaque instant. Cet avenir te sera plaisir, c’est tellement beau de te voir voler.
108 vues 0 aime
Par : le 09/03/24
Si vous m'invitez derrière vous, diable j'aurai plaisir à vous pousser, à tenir fermement vos cheveux d'une main et à claquer votre corps de l'autre. Je passerai ma main sur votre dos chaud, puis je vous caresserai tendrement et lentement, descendrai sur vos fesses brûlantes et si douce ! Puis je vous laisserai me débarrasser de ma ceinture, cette fois pour laisser des marques plus intenses entre caresses et impact jusqu'à cette nuance qui me plaît un rouge fuchsia. Vous sentirez ensuite que je me rapproche de vous, mon souffle dans votre cou, ma voix douce dans vos oreilles, vos yeux brillant de larmes. À ce moment-là, présent je laisserai tomber ma ceinture et je vous caresserai. Bien que j'ai l'impression que ton corps et ton âme brûlent en ce moment précis ! Vous ne vous y attendez pas, sans préliminaires, je m'enfonce en vous, je prends vos bras et je les place afin de vous forcer à vous incliner davantage pour me laisser me prendre de plus en plus profondément en vous ! Jusqu'à ce que j'entende vos gémissements et vos cris augmenter d'intensité, ma main sur votre cou, mon rythme devient de plus en plus violent brutalement à entendre votre voix me dire plus fort . Nos corps sont tendus à ce moment tant attendu ! Vous perdez tout contrôle, les spasmes de plaisir vous en empêchent. Je verse mon fluide. Nos corps sont couverts de sueur une odeur qui mêle plaisir, se fusionnant inévitablement l'uns dans l'autres ! Vous vous blottissez contre moi et tournant la tête vous me regardez avec un sourire qui en dit long sur ce que vous avez ressenti. Je te regarde, excité et satisfait du plaisir, puis je te prends dans mes bras pour te sublimer de tendresse, pour te remercier de ce que tu m'as offert.
125 vues 4 aime
Par : le 07/03/24
Comme une noyade d'excitation, je déverserai votre âme aussi près que possible des chutes d'Olympe, amenant votre souffle à la limite de l'étouffement, en prenant soin de revenir à la lumière pour mieux partir dans l'obscurité, l'heure ou les heures sont les minutes, le ou le temps s'arrête. Un si joli sous-marin pris sous les bombes ou seulement celui qui retient votre souffle de vie a choisi le moment pour mieux vous remettre en place. Petite chose qui donne l'impression d'être fragile, si instable que vous semblez l'être. Vous seriez un beau petit jouet dans mes mains avec impatience sadique pour vous apporter les plaisirs que vous méritez. 
105 vues 1 like
Par : le 07/03/24
La nuit porte des fruits et, contrairement à ce que nous pensons, elle donne naissance aux débuts d'une lumière rayonnante qui illumine et inspire notre idéalisme. Ceux qui pensent en basse lumière pendant la journée s'affirment lorsque l'obscurité est ressentie, des rêves, des sentiments inconscients et non controversés de cette nature singulière qui nous entoure et nous rend difficile de montrer notre véritable identité. Soyez diabolique de cette nature mystérieuse qui est la vôtre, cette voix qui nous laisse éveillés n'est pas facile, mais nous donne le temps de rêver inconditionnellement à tous les moments que nous aimerions vivre sans aucune limite et sans jugement. Puis le jour se lève, et nous sommes des gens qui se mêlent aux autres sans qu'il semble sombre ou lumineux, de tout ce qui nous entoure voulant constamment retourner inévitablement dans l'obscurité où nous nous sentons le mieux. La nuit n'est-elle pas une belle mélodie ?
102 vues 0 aime
Par : le 06/03/24
Je mets en évidence certains points que certaines personnes ont l'habitude de juger sans connaître la difficulté quotidienne que cela engendre. Loin d'être stupide, un dyslexique a une façon différente de raisonner lorsqu'il lit, les mots prennent vie comme de la poésie. (Évidemment, étant moi-même dyslexique, j'utilise un vérificateur d'orthographe et de grammaire car je ne vois pas mes erreurs) ! Lorsque vous êtes dyslexique, vous l'êtes toute votre vie. De toute évidence, cela pose un petit problème avec les autres, mais il faut le supposer. Dire aux gens : "Excusez-moi, aidez-moi, je fais cinq fautes d'orthographe par mot" n'est pas facile ! Ce n'est pas parce que vous êtes un imbécile. Vous pouvez travailler dur pour essayer de gérer comme les autres, mais la difficulté ne disparaît pas, c'est un trouble, un handicap. Certes cela nous empêche de nous exprimer et de nous faire comprendre, mais on peut être talentueux dans de nombreux autres domaines, soyez-en sûr ! Ce message concerne une situation complexe et vise à supprimer une étiquette pour beaucoup d'entre nous qui sont constamment confrontés aux corrections de science infuse. Je tenais à exprimer mes pensées et ma propre expérience. Mais plus particulièrement aussi afin de faire comprendre à certains que ce n’est pas fait exprès et que cela n’est pas pour autant que l’on n'a pas appris lorsqu'on faisait des études. Merci d'avoir pris le temps de le lire.
133 vues 3 aime