Déplacer pour recadrer votre photo

Neutered

trans soumis. Vit à Bienne, Suisse. 38 ans. a une relation BDSM.
La rubrique "Articles" regroupe vos histoires BDSM, vos confessions érotiques, vos partages d'expériences SM. Vos publications sur cette sortie de blog collectif peuvent aborder autant les sujets de la soumission, de la domination, du sado-masochisme, de fétichisme, de manière très générale ou en se contentrant très précisément sur certaines des pratiques quu vous connaissez en tant que dominatrice/dominateur ou soumise/soumis. Partager vos récits BDSM, vécus ou fantames est un moyen de partager vos pratiques et envies et à ce titre peut être un excellent moyen de trouver sur le site des partenaires dans vos lecteurs/lectrices. Nous vous rappelons que les histoires et confessions doivent être des écrits personnels. Il est interdit de copier/coller des articles sur d'autres sites pour se les approprier.
Par : le 31/03/24
Regrets ? Que suis-je devenu ? Qu’étais-je avant ? Cela valait il la peine ? Des questions que beaucoup doivent se poser après un simple tatouage ou une modification corporelle plus importante ou un choix de vie. Je me pose ces questions ; je trouve les réponses dans mes désirs passés et je tente de me conforter dans mes choix directs clairement demandés et les choix plus ou moins imposés. Avoir des regrets ; A quoi bon ? Ce qui est fait est fait ! Finalement il faut vivre en harmonie avec nos choix même si quelquefois c’est difficile. Pour me réconforter, je me demande ce que je serais sans ? Eh bien je ne serais pas moi-même. Pas celle que j’ai toujours voulu devenir
92 vues 3 aime
Par : le 25/03/24
Il est 15 heures, je suis dans ma chambre, sur le canapé etje regarde une série à la télévision en me caressant machinalement la bite, comme si j'allais ressentir quelques chose. Mais forcément rien ne se passe. Alors je vais chercher un plug de 8 cm et je commence à m'amuser quand ma maitresse entre dans ma chambre. -"Petite salope, tu te donnes en solitaire du plaisir en solitaire, viens donc me lecher la chatte" Elle baisse son leggins, m'ordonne de retirer mon haut et mon soutien-gorge; se plante devant moi et je me mets à lui donner du plaisir avec ma langue pendant qu'elle me pince les tétons. Sa chatte n'est pas très propre mais je n'ai pas le choix. Elle jouit vite ma maîtresse. Ensuite elle me menotte mes mains derrière le dos et me met des pinces à seins. Elle s'en va et revient avec du gel alcoolisé pour les mains. -"Vu que tu veux jouer, je vais t'aider" me dit-elle en mettant le gel sur mon plug. Elle me retourne et me l'enfonce avec force dans mon cul. Je crie sous la douleur provoquée par la brulure. J'en ai les larmes aux yeux. Elle me le retire et me disant qu'il ne faut pas que ma chatte soit trop détendue car ce soir le maitre vient avec deux messieux.  Donc je vais être utilisée, je dois avouer que j'aime, sauf quand ça devient trop douloureux.  Mon maître arrive à l'heure de l'apéro avec deux mecs qui ont la quarantaine. L'un est baraqué, l'autre plutôt fin. Entre temps ma maîtresse m'a aidé à me préparer (je vous rappelle que je suis en fauteuil roulant ou avec mes attelles et cannes). Elle m'a fait un lavement  et je porte un deux pièces avec brassière de sport. Le short moule bien mon entre-jambe sans boules. Je poste mes attelles et je les accueille debout. On s'installe sur les canapés pour prendre l'apéro. Je dois m'asseoir entre les deux mecs. Ils ne perdent pas de temps à me caresser les seins et l'entre jambe. J'ai de la peine à parler car je ne porte pas mon dentier. -"Mais c'est vrai qu'elle n'a pas de couille" dis le plus costaud. Mon maître ouvre une bouteille de champagne, On trinque avant que je me fasse tringler...  Les deux mecs commencent à m'ausculter. Ils me retirent mes attelles, mes habits sous l'œil amusé de mes maitres.Le fin essaye de me branler et il réalise que je ne ressent rien, nouveau éclat de rires. Tout le monde se dévêt, le premier, le me fourre sa bite dans la bouche et le costaud m'encule, je sens son gros zob dans mes reins pendant que je me fais baiser par la bouche. Une fois qu'ils ont joui ils échangent leur place et ça recommence de plus belle. Pendant ce temps mes maitres font aussi l'amour. C'est terminé, ma maitresse me change mon collier contre un plus  large, me met mon masque de cuir avec bâillon. Je sais que je vais déguster. Mon mettre maitre commence à me fister, il m'écarte avce des deux main et ma maitresse m'enfonce la bouteille de champagne par le goulot dans le cul. Elle me ramone, la retire et bien recouverte  de gel, elle me l'enfonce par la base. J'ai envie de gueuler, mais le bâillon m'en empêche,  une fois enfoncée, ils me laissent ainsi sur le canapé et je n'ai pas le droit de bouger . Ils vont manger. J'aimerais que cette bouteille me soit retirée, mais je dois subir mon sort. Enfin ils ont terminé. Le costaud me retire la bouteille et le maigre me sodomise dans ma chatte affreusement dilatée. Il demande du tabasco à ma maitresse qui lui en donne. Il met quelques gouttes dans mon cul et je gueule. Ma maîtresse me met une couche (protection Tena). Voilà je dois leur dire au revoir, ma maitresse me met dans mon fauteuil et me conduit dans ma chambre, m'attache à mon lit et me dit bonne nuit ma petite salope.    
172 vues 2 aime
Par : le 18/03/24
Bonjour à toutes et tous, pardonnez mon silence, me revoilà avec des nouveautés : en janvier, on m'a enfin retiré le scrotum avec une anesthésie locale. En prime et pas demandé, on m'a sectionné les nerfs dorsaux de la bite. Je demandais depuis un moment de ne plus avoir de scrotum, ce sac vide entre mes jambes je ne l'aimais plus. Mes maîtres ont trouvé quelqu'un en Allemagne disposé a  le retirer. Nous sommes parti mi-janvier en voiture. Sur place le gars me faisit bonne impression, son cabinet est propre. Je reçu un cachet pour me détendre et je fus attaché sur la table. J'avais la tête qui tournait. J'ai senti les piqûres pour l'anesthésie locale. Je ne voyais pas ce qu'il faisait, mes maîtres m'avaient mis mon masque de cuir. Peu après je repris mes esprits et j'avais un bandage avec une sonde urinaire. Nous sommes allés à l'hotel et j'ai dormi, j'avais mal. Le lendemain matin on retourne au cabinet, il me retire mes pansements. Je constate deux incisions à la base de ma verge, j'ai peur de comprendre. Mes maîtres et le praticien sourient, je touche le gland et je ne ressens rien. J'ai compris : ils m'ont coupé les nerfs dorsaux de la bite. Je commence à me plaindre, avoir un sanglot,(n'ayant plus de testostérone, je suis devenue très émotive). Le praticien se retire, mon maître baisse son pantalon, me sort de mon fauteuil, me retourne et il me sodomise brutalement. Une fois terminé,on m'explique que de cette façon je serai plus concentrée sur le plaisir anal et disposée à servir mes maîtres. Pour me consoler, ils m'offrent une montre de marque. Ils me rappellent que j'avais signé un contrat Au retour en Suisse, j'essaie de me masturber, mais je ne ressens plus rien, mon clito est mort. Je suis devenue plus demandeuse de sodomie et j'aime encore plus qu'avant que l'on me triture les tétons. Lors de soirées, certains aiment essayer de me masturber et se moquent de moi qui ne ressens plus aucun plaisir avec mon clito. Voilà ce qui m'est arrivé. Ce n'est pas romancé, je regrette cette opération, mais maintenant à quoi bon avoir encore une bite? J'aimerais rencontrer une femme nullo ou excisée.  
198 vues 4 aime
Par : le 04/12/23
L'action est une fiction, la description de mon corps, elle est réelle. Nous sommes avec mes maîtres en week-end dans un complexe naturistes. Je décide de me rendre seul au sauna. Nous sommes dans le milieu de l’après-midi. Je me déplace avec mon fauteuil roulant et je vois deux mecs qui me suivent. A cette heure, le sauna est vide, je suis dans les vestiaires quand les deux mecs arrivent. Ils se mettent à rire en voyant mon entre-jambe avec le sac vide et ma nouille molle. Je suis toujours dans mon fauteuil, le premier se met face à moi, il est grand et il bande dur, son sexe est énorme. Il me l’enfonce dans ma bouche édentée et l’utilise comme un sexe. Il me ramone profond, j’ai le sentiment d’étouffer. Il se retire, laisse la place à son copain qui me pinçait les tétons depuis derrière. Ça repart. Il se retire et les deux me sortent du fauteuil, me tâte le sac en se marrant, le plus grand des deux se met derrière moi, me tien par la taille et avec un « han » de bucheron m’empale violemment. L’autre durant ce temps me masturbe en rigolant devant ma bite molle à jamais. Il se met à me la pincer, me fait mal. L’autre enfin explose en moi. Je sens sa semence couler de mon cul qui est devenu lâche au fil du temps. Le deuxième farfouille mon cul avec son doigt et réalise que je n’ai plus de prostate. Les rires recommencent en m’humiliant et à son tour il me défonce le cul ou devrais-je dire la chatte. Le plus grand des deux va au distributeur de gel alcoolisé, en prend au creux de sa main, l’autre me pose à plats ventre sur un banc et m’écarte les fesses pendant que l’autre fait couler le gel dans mon cul. Ça me brûle je retiens des larmes. Et comme ils sont venus, ils sont repartis. J’ai le cul en feu et je décide de retourner en chambre. Au passage, je vois mes maîtres attablés à la terrasse avec les deux mecs. Ils m’appellent. Arrivée à leur table, je reçois des compliments, que je suis une bonne petite pute et l’ordre de rester avec eux. Voilà c'était ma première fiction  
467 vues 4 aime
Par : le 13/11/23
Voilà c'est mon histoire, quand la réalité dépasse les fantasmes. Mon histoire ; Je suis née avec le spina bifida, et je me déplace soit en fauteuil roulant soit avec des attelles. De tous temps, j’avais l’impression de ne pas être vraiment ce que je suis, homme, mais pas au point de me sentir femme et j’ai toujours eu un sentiment de soumission. Je vivais seul malgré mon handicap, j’ai erré pour chercher un maître et finalement je suis tombé sur un couple. Homme femme dominants Le feeling est passé tout de suite et peu à peu je m’installais chez eux dans leur grande maison, jusqu’à finalement déménager. Nos jeux devenaient de plus en plus hard. Ils m’avaient fait des allusions à la castration, que ce serait mieux pour moi. J’étais de plus en plus féminisée, mais pas prêt à être castré. Lors d’une séance, j’étais attaché, portant mon masque de cuir et les trous pour la vue fermés. Ils m’avaient fait prendre un tranquillisant, mais j’ai senti des piqures dans mes boules, ensuite ça m’a brûlé. J’ai cru à un nouveau jeu.Ils ont recommencé quelques jours plus tard. Sur le moment ils ne m’ont rien dit, mais j’avais mal aux boules. Les semaines suivantes, ma libido à baissé, après deux mois j’étais devenu un eunuque avec des boules atrophiées. Ils m’ont avoué m’avoir castré avec du Neutersol, une substance qui s’injecte dans les boules pour castrer les animaux.. La suite une autre fois  
370 vues 5 aime