MGV
par le 02/01/24
726 vues

Partie 1 (sofa) - Partie 2 (grande et belle table en bois) - Partie 3 (liens d'attache)

Tu peux entrer esclave.

Et te voici qui entre à 4 pattes dans notre pièce.
Je suis assis sur le sofa avec une belle surprise pour toi.


- Viens ici sale chienne !

Et tu obéis avec un oui Maître clairement articulé. Tu apprends et ça me remplit de fierté.
Quand tu arrives, je t'ordonne de te lever et de te déshabiller pour moi. Souvenir d'Exotica, la musique en fond est du Leonard Cohen.
Tu fais un strip sensuel. Je te prends par les hanches, te retournes et te force à continuer à danser alors que je positionne ton cul contre mon érection. Plus une ondulation qu'une danse mais tu me fais bander et j'ai envie de te prendre.

Mais un Maître doit savoir se retenir.

- A genoux esclave.
- oui Maître
- Voici notre nouveau jouet

Et je te tends un gode de taille très raisonnable.
Je ne saurais dire exactement si ton regard, à ce moment-là, est un regard de soulagement ou de dépit.

- Suce-le salope comme si c'était ma queue.

Tu le prends en baissant la tête. Comme une esclave emplie de déférence pour son Maître.
Tu me regardes dans les yeux en même temps que tu commences à le branler entre tes seins.
Tu te mords les lèvres.
Tu laisses ta salive couler sur le haut du gode et tu l'engouffres dans ta bouche comme si tu n'avais pas avalé une queue depuis un mois.
Suce salope. Lèche, crache, suce. Fous le toi jusqu'à la gorge.
Je te regarde en me touchant pendant quelques minutes.

- Fixe la ventouse au sol. Prends le dans ton cul.

Pas besoin de le redire. 10 secondes plus tard, le gode est à l'intérieur et tu commences à aller et venir.
Je sors le deuxième gode du set. Plus gros. Tu n'avais pas vu qu'il n'y en avait pas qu'un semble-t-il.
Cette fois-ci ton regard semble agréablement surpris.

- Lèche sale chienne. Jusqu'à ce qu'il soit bien lubrifié.

Je vois que c'est déjà plus dur quand je te force à le mettre tout entier dans ta bouche. Tu y arrives mais au prix de quelques larmes qui naissent dans tes yeux.
Mais tu sais à quel point j'aime voir ton visage ruiné, couvert de crachat, salive, sperme ou mascara.
- Dans ton cul maintenant que tu es échauffée.
Je te regarde aller et venir en tenant ta laisse.
Tu vas exploser et je vois tes mains qui se dirigent vers ton sexe.


- Arrête tout de suite esclave. Si tu exploses, c'est plusieurs heures dans la cage. Lève toi doucement et laisse le gode. Couchée sur le ventre ! Tout de suite !

Je pose mon pied sur ta joue. Tu as interdiction d'exploser. Pour qui tu te prends ??
Je sors le dernier gode. D'une taille qui commence à être moins raisonnable.
Je le fixe au sol juste devant ta tête.

- Je veux le voir disparaître. Tu as une minute pour t'échauffer.

Et tu ne perds pas une seconde pour le lécher comme une chienne, pour le sucer de plus en plus profond.

- 5 ... 4 ...

Pas besoin d'aller plus loin je le vois disparaître et je te vois lutter. Tu te relèves et tu craches et tousses.

- Encore sale chienne !

Et je te fais aller et venir sur le gode qui devient luisant. Le sol aussi qui reçoit ta salive.

- Encore

Et, quand tu as le gode tout entier dans la bouche, je pose le pied sur ta nuque.
Tu essayes de te débattre
Mais je maintiens ta tête fermement quelques secondes.
Quand je te relâche tu as besoin de quelques secondes pour laisser la salive couler, pour reprendre ton souffle mais tu repars la bouche ouverte et tu l'engloutis encore.

- J'espérais que ça te serve de leçon pour vouloir exploser sans autorisation. Mais tu es tellement une salope que rien ne peut te ralentir on dirait. Prends le dans le cul !
- Oui Maître !

Je sens l'hésitation. Que les mots que tu aurais aimé pouvoir prononcer sont il est trop gros Maître.
Des larmes coulent le long de tes joues depuis l'épreuve précédente.
Le gode est bien fixé, bien lubrifié semble-t-il aussi. Tu te positionnes et tu gémis quand le gode ouvre ton cul.

- Continue. Les chiennes comme toi doivent pouvoir prendre n'importe quel gode dans le cul.

Tu commences à aller et venir.
Je tourne autour de toi.

- Je veux le voir complètement à l'intérieur de toi, tu le sais. Je vais commencer à perdre patience.

Nouveaux gémissements et cette fois je vois que tu l'as complètement pris.

- Good girl ! Gentille chienne !

Je te vois aller et venir et je sais que seule la douleur t'empêche d'exploser.

- Continue. Prends-le mais retiens-toi.

Je te donne ce dernier ordre à quelques centimètres de ton visage. 2 claques

- Oui Maître. Pardon Maître.
- Ouvre la bouche.
- Oui Maître, crachez dans la bouche !

Tu continues à aller et venir, plus vite sur le gode.
Je passe dans ton dos  et je presse sur tes épaules.
Jusqu'à ce que ton cul touche le sol. Je continue à presser, à pousser et je te maintiens comme ça.

- Merci Maître.

Je saisis la laisse et je t'amène jusqu'à la table.
Je te prends par les cheveux et je t'oblige à te lever. Je glisse tes mains dans les lanières. Ta tête est posée sur la table. Tu es pliée en 2, le cul offert.
Je me déshabille.
Je regarde ton cul bien bien dilaté.
Je positionne mon sexe et je te pénètre sans difficulté.
Je prends tes hanches et je serre fort pendant que je t'encule de plus en plus vite, de plus en plus fort.
Je sens mon plaisir qui arrive.
Je lâche tes hanches pour te malaxer et te fesser.
Mais je continue à aller et venir toujours plus vite et fort.
Je prends tes cheveux et je tire tes cheveux en arrière pour que tu me vois dans le miroir qui nous fait face.
J'explose. Longuement. Je te remplis jusqu'à ce que je me retire. Mon sperme commence à couler le long de tes cuisses.

- Tu peux exploser maintenant chienne.

Tu as toujours les mains attachées. Mais je te vois rapprocher tes pieds pour pouvoir frotter tes cuisses l'une contre l'autre.
Tu es tellement prête qu'il faut moins de 30 secondes pour que je t'entende.

- Mais quelle chienne fait ça ? Se faire enculer et exploser sans même avoir besoin de ses mains alors que mon blanc dégouline de son cul.

 

4 personnes aiment ça.
LASSYE
De plus en plus intense. Merci
J'aime 02/01/24
Charlie
J'ai hâte de lire la suite, hésité pas à me prévenir s'il vous plaît
J'aime 03/01/24